Le dernier train

La ville est trop calme et près du café
Le vent fait rouler des buissons d’épines empoisonnés.
Dans la rue principale un chien perdu
Hurle à la mort comme pour me dire qu’il n’y a pas d’issue.

REFRAIN :
Mais rester vivant jusqu’à ce soir et
Je prendrai le dernier train.
Ça fait déjà, déjà bien des années
Que j’entends siffler ce train,
Que j’entends siffler ce train…

Tous les marchands du temple ont rendez-vous
Pour se partager les biens de ces fermiers à genoux.
Quand même le shérif est un hors la loi
Inutile de demander pour qui va sonner le glas !

REFRAIN

Rallier la gare
Oh rouler, rouler, enfin…
Et demain matin,
Les nénuphars,
Enfin pouvoir prendre un bain,
Les eaux du Jourdain.

Sur la place ils ont dressé les potences
Et dans la poussière du désert les cordes se balancent.
Les règlements de comptes vont commencer,
C’est aujourd’hui qu’les derniers seront servis les premiers !

REFRAINS

 

Fabrice Beauvoir